Une organisation optimale des soins au plus près des patients

Cadres de santé, infirmiers et aides-soignantes sont investis de la même mission : se donner les moyens humains et matériels de soigner au mieux les patients.

Les cadres de santé assurent la coordination transversale du service d'oncologie sur les plans matériel et humain. « Notre fonction est de faire en sorte que l'équipe soignante travaille dans les meilleures conditions possibles. Il n'est pas toujours facile de répondre à toutes les attentes mais le bien-être du patient est très motivant » , explique Nadine Midon. « Nous avons la chance de travailler dans un service incroyable, très impliqué », précise Cécile Chauveau.

La formation des nouvelles recrues est un élément important. « Elle est dispensée par les membres de l'équipe soignante » , indique Nathalie Alfred. Par exemple, les infirmiers bénéficient d'une intégration d'un mois avec un tuteur afin d'observer la spécificité des soins, le contact avec les patients, l'organisation du service. « Ce temps d'observation est essentiel dans un service aussi technique que l'oncologie, car même si l'on travaille en équipe, on est souvent seul dans les soins », explique Laurent Fillols.

Enfin, les aides-soignantes ont un rôle charnière dans cette organisation bien huilée. Notre travail est très complémentaire de celui des infirmiers et permet d'optimiser le temps de chacun, précise Latifa Seghair.

Quelques chiffres

  • 3 cadres de santé
  • 38 infirmières
  • 34 aides soignantes
  • 10 secrétaires médicales et hospitalières

Une fonction complémentaire : l'infirmière de coordination

Mmes Sophie Devillard, Valérie Lusardi et Catherine le Fur,
Infirmières de Coordination

L'information, le soutien et l'écoute du patient sont au cœur des missions des infirmières de coordination.

Sophie Devillard évoque le métier d'infirmière de coordination qu'elle exerce avec passion à Saint-Antoine… « Nous intervenons dès l'arrivée du patient dans le service et l'accompagnons tout au long de son parcours personnalisé de soins. Le patient est reçu en consultation paramédicale dès l'annonce du diagnostic par le médecin et nous organisons sa prise en charge au sein du service. Notre rôle est de coordonner et faciliter chacune des étapes. Il y a un vrai temps dédié à l'échange avec le patient : c'est l'occasion de lui faire reformuler ce que le médecin lui a expliqué et de s'assurer qu'il a bien compris. Nous essayons d'identifier les difficultés psychologiques, sociales, professionnelles, financières, etc. Nous pouvons ainsi orienter le patient vers nos collègues de soins de support (assistante sociale, psychologue, socio-esthéticienne, diététicienne) ou vers la consultation d'algologie du Dr Guy-Coichard. Enfin, nous élaborons le PPAC (Plan Personnalisé Après Cancer) dédié à la sortie de traitement et à la surveillance : il favorise le retour à la vie normale en remettant le patient sur des rails. »