Les essais en cours

COLON-RECTAL

  • CL1-95005-001 : Etude de Phase I en escalade de dose du S 95005 (TAS-102) administré en association avec l’oxaliplatine dans le cancer colorectal métastatique
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02848443?term=CL1-95005-001&rank=1
    Cancer colorectal métastatique, histologiquement confirmé, prétraité par au moins une ligne de chimiothérapie standard au moins une lésion métastatique évaluable ou mesurable.
    Au cours de la partie d'escalade de dose, l'exposition préalable à l'oxaliplatine est autorisé tant que :
    • le traitement n'a pas été interrompu pour toxicité due à l'oxaliplatine
    • sous traitement, le patient n'a pas présenté une neuropathie périphérique de grade superieur ou égale à 3 et/ou une d'hypersensibilité sévère à l'oxaliplatine
    Au cours de la partie d'expansion, le patient doit être naïf de traitement à l'oxaliplatine en situation métastatique.
  • CL2-95005-002 : Etude Etude de phase 2, en ouvert, randomisée, non comparative évaluant le traitement par S 95005 (TAS-102) associé au bévacizumab et le traitement par capécitabine associée au bévacizumab chez des patients atteints d’un cancer COlorectal métastatique préalablement non traités et non éligibles à une thérapie intensive (Etude TASCO1)
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02743221?term=CL2-95005-002&rank=1
    Adénocarcinome du côlon ou du rectum confirmé histologiquement ou cytologiquement.
    Statut RAS déterminé (mutant ou de type sauvage) localement sur un échantillon de biopsie tumorale. Au moins une des mutations suivantes devra être déterminée : KRAS et NRAS exon 2 : codon 12 et 13.
    Au moins une lésion métastasique mesurable (RECIST version 1.1). Note : La lésion métastasique doit avoir été diagnostiquée dans les 6 mois précédant le premier jour d’administration du médicament à l’étude.
  • MK-3475-177-01: Etude de phase III avec le pembrolizumab (MK-3475) comparé à une chimiothérapie dans le carcinome colorectal de stade IV présentant une grande instabilité microsatellitaire (MSI-H) ou une déficience du système MMR « Mismatch Repair » (KEYNOTE177)
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02563002?term=KEYNOTE-177&rank=1
    Cancer colorectal présentant une déficience du système de réparation des mésappariements de l’ADN (dMMR) ou une forte instabilité des microsatellites (MSI-H) de stade IV confirmé localement.
    Maladie mesurable à l’inclusion sur la base des critères RECIST 1.1 déterminée par l’Investigateur / une évaluation radiologique du centre local. Aucun traitement systémique antérieur pour un CCR de stade IV. Les patients peuvent avoir reçu une chimiothérapie adjuvante antérieure pour le CCR si elle s’est achevée au moins six mois avant la randomisation.
  • TEXCAN - C15-2: : Etude de phase II portant sur l’évaluation de la réponse au traitement selon les critères CHOI et RECIST, et l’analyse texture CT chez des patients atteints d’un cancer colorectal métastatique traités par régorafenib
    Cancer colorectal métastatique histologiquement prouvé
    Patients traités antérieurement ou qui ne sont pas éligibles aux traitements disponibles, notamment une chimiothérapie à base de 5FU, un traitement par anti VEGF et un traitement par anti EGFR (en cas de tumeur RAS sauvage)
  • IMPALA. Évaluation d’un traitement d’entretien par immunomodulation chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique présentant une réduction de la tumeur au cours du traitement d’induction, étude de phase III
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02077868?term=IMPALA&rank=1
    Cancer colorectal confirmé histologiquement, stade IV (UICC) inopérable (présence éventuelle de la tumeur primitive), Réponse complète ou partielle, d'après l'évaluation des investigateurs locaux selon les critères RECIST 1.1, après 12 à 30 semaines de traitement d'induction par chimiothérapie standard de première ligne avec ou sans agents biologiques
  • MODUL : Essai clinique multicentrique randomisé et controlé évaluant en groupes parallèles un traitement d’entretien guidé par biomarqueurs en première ligne du cancer colorectal métastatique
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02291289?term=MODUL&rank=5
    Cancer colorectal métastatique confirmé par un examen histologique
    Tumeur mesurable et inopérable selon les critères RECIST 1.1
    Absence de chimiothérapie précédente pour CCR dans le contexte métastatique
    Un bloc de tissus tumoraux fixés au formol et inclus en paraffine (FFPET) de la tumeur primitive prélevé lors du diagnostic initial est disponible pour envoi au laboratoire central. Si aucun bloc tumoral n’est disponible, au moins 20 lames coupées dans les 2 semaines précédant l’envoi au laboratoire centralisé
  • Etude Epitopes-HPV02 : Evaluation de l’intérêt clinique d’une stratégie par Docetaxel, Cisplatine et 5-Fluorouracile adaptée aux patients pour la prise en charge des cancers du canal anal métastatique ou localement avances résistants a la radio chimiothérapie
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02402842?term=EPITOPE&rank=13
    Patient présentant un cancer du canal anal prouve histologiquement, localement avance en situation de récidive et non résécable d’emblée OU metastatique
    Présence d’une lésion cible évaluable d’après les criteres Recist 1.1
    Patient candidat a une chimiotherapie de 1ere ligne metastatique par 5-Fluorouracile, Cisplatine et Docetaxel (DCF) ou le schema DCF modifie
  • STRATEGIC : étude évaluant deux stratégies thérapeutiques standard chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01910610?term=STRATEGIC+GERCOR&rank=1
    Adénocarcinome du colon et/ou rectum histologiquement documenté,
    Tumeur de type RAS sauvage,
    Maladie métastatique confirmée, non résécable
    Pas de traitement antérieur pour la maladie métastatique (en cas de thérapie adjuvante antérieure, l’intervalle de la fin de la chimiothérapie jusqu’à la rechute doit être >6mois pour la fluoropyrimidine seule ou >12 mois pour les traitements à base d’oxaliplatine, de bevacizumab ou de cetuximab),
    Au moins une lésion mesurable ou évaluable selon les critères RECIST

PANCREAS

  • PCYC-1137-CA : Étude de phase 2/3 randomisée, multicentrique, en double aveugle, contrôlée contre placebo, évaluant l’inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton, l’ibrutinib, en association au nabpaclitaxel et à la gemcitabine par rapport au placebo en association au nab-paclitaxel et à la gemcitabine, dans le traitement de première intention de patients atteints d’un adénocarcinome pancréatique métastatiquex
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02436668?term=PCYC-1137-CA&rank=1
    Adénocarcinome pancréatique confirmé par examen histologique ou cytologique.
    Maladie de stade IV diagnostiquée dans les 6 semaines avant la randomisation. au moin une lésion métastatique évaluable ou mesurable Aucune chimiothérapie antérieure néo-adjuvante, périopératoire ou adjuvante pour une maladie primaire de l’adénocarcinome pancréatique Absence d’un troisième secteur d’accumulation de liquide d’importance clinique (p. ex., ascite ou épanchement pleural)
  • PRODIGE 37 : Essai de phase II randomise multicentrique évaluant un traitement séquentiel par nab-paclitaxel + gemcitabine / folfiri.3 versus nab-paclitaxel + gemcitabine en 1ere ligne dans les cancers du pancréas métastatiques
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02827201?term=prodige+37&rank=1
    Adénocarcinome du pancréas histologiquement ou cytologiquement prouvé
    Maladie métastatique à distance
    Scanner (ou IRM si scanner contre indiqué) de référence effectué dans les 3 semaines précédant le début du traitement
    Au moins une lésion mesurable selon les critères RECIST v1.1
    Aucune chimiothérapie antérieure (chimiothérapie adjuvante par gemcitabine autorisée si administrée plus de 6 mois avant l'inclusion)
  • APACaP (D13-1) : Etude multicentrique randomisée d’évaluation d’un programme d’Activité Physique Adaptée chez des patients ayant un Cancer du Pancréas non résécable, localement avancé ou métastatique
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02184663?term=APACaP&rank=1

    Adénocarcinome du pancréas non résécable (localement avancé ou métastatique) prouvé histologiquement, Au moins une lésion mesurable à l’imagerie selon les critères RECIST
    Indication de chimiothérapie palliative AAPA identifié (désigné par le patient, pour les patients du groupe APA)
  • LAPACT : nab® -paclitaxel (Abraxane®) plus gemcitabine chez les sujets atteints de cancer du pancréas localement avancé (CPLA) : étude de phase 2 en ouvert, multicentrique et internationale
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02301143?term=LAPACT&rank=1
    Adénocarcinome du pancréas confirmé par histologie ou cytologie, non résécable selon des critères radiographiques
    Veine mésentérique supérieure et veine porte : occlusion, thrombose, ou encastrement s'étendant sur plusieurs centimètres
    Artère mésentérique supérieure : contact de la tumeur > 180 degrés ou thrombose de l'artère
    Tronc cœliaque : contact ou encastrement du tronc cœliaque
    Ganglions lymphatiques : atteinte
  • PRODIGE 29 : Essai randomisé de phase III comparant une chimiothérapie selon le protocole Folfirinox à la gemcitabine pour le traitement du carcinome localement avancé du pancréas
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02539537?term=PRODIGE+29&rank=1
    Adénocarcinome du pancréas, confirmé par l'examen histologique ou cytologique.
    Inopérabilité avérée après une discussion pluridisciplinaire impliquant un chirurgien et un radiologue
    Tumeur(s) localement avancée(s) (sans métastases ni suspicion de métastases) et
    inopérable(s) : atteinte de la veine porte ou mésentérique ou gainage >180°, de l'artère
    mésentérique supérieure, ou tronc coeliaque (critères NCCN 2012)
    Lésions tumorales mesurables, (critères RECIST 1.1)

GASTRIQUE

  • FOXAGAST: Etude de phase II associant le nab-paclitaxel au FOLFOX en chimiothérapie periopératoire chez des patients atteints d’un adénocarcinome oesogastrique opérable HER2 négatif
    Adénocarcinome de l’oesophage inférieur ou de l’estomac (à partir du tiers inférieur de l’oesophage jusqu’au pylore) histologiquement ou cytologiquement documenté
    Tumeur HER 2 négatif
  • CA209-577 : Etude de Phase III, randomisée, en double-aveugle, du nivolumab versus placebo en adjuvant chez des sujets ayant eu une résection d’un cancer de l’oesophage ou de la jonction gastro-oesophagienne (CheckMate 577)
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02743494?term=CA209-577&rank=1
    Carcinome de l’oesophage ou de la jonction oesogastrique de Stade II ou III (selon la 7ième édition de l’AJCC) Confirmation histologique de la prédominance d’un cancer de type adénocarcinome ou carcinome épidermoïde de l’oesophage ou de la jonction oesogastrique lors du diagnostic initial.
    Les sujets doivent avoir reçu une chimio-radiothérapie préopératoire suivie d’une chirurgie avant la randomisation. La chimiothérapie doit être à base de sels de platine. La chimiothérapie et la radiothérapie doivent suivre les recommandations locales basées sur celles du NCCN ou de l’ESMO.
    Les sujets doivent avoir eu une résection chirurgicale complète (R0), sans maladie détectable, et avec des marges saines sur les échantillons réséqués.
    Le compte-rendu d’anatomopathologie sur les pièces opératoires doit montrer une maladie résiduelle anatomopathologique La résection complète doit être réalisée entre 4 et 12 semaines avant la randomisation
  • EMR 100070-008: Étude de phase III, en ouvert, multicentrique, portant sur l’avelumab (MSB0010718C) dans le traitement de troisième ligne de l’adénocarcinome de l’estomac ou de la jonction gastrooesophagienne non résécable, récidivant ou métastatique
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02625623?term=EMR+100070-008&rank=1
    Aadénocarcinome de l’estomac ou de la jonction gastro-oesophagienne récidivant, non résécable, localement avancé ou métastatique, confirmé par un examen histologique.
    Progression de la maladie objective radiographique ou clinique documentée (p. ex., un épanchement malin nouveau ou en progression documenté au moyen d’une échographie) pouvant être confirmée par des critères pathologiques (histologie et/ou cytologie).
    Les patients doivent avoir reçu 2 cycles de traitement systémique antérieurs pour un cancer de l’estomac non résécable, récidivant ou métastatique et doivent présenter une progression après la deuxième ligne.
  • PRODIGE19 : Essai randomisé multicentrique évaluant l'intérêt d’une stratégie de chirurgie première vs chimiothérapie première dans les adénocarcinomes gastriques à cellules indépendantes résécables
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02539537?term=PRODIGE+19&rank=1
    Adénocarcinome de l’estomac ou de la jonction oeso-gastrique de type III de
    Siewert prouvé histologiquement avec présence de cellules indépendantes
    Tumeurs T1 N+, T2N0, T2 N+, T3N0, T3 N+T4N0, T4N+ en echoendoscopie ou à défaut au scanner en cas de tumeur non franchissable
    Absence de métastase viscérale, de carcinose péritonéale à la cœlioscopie exploratrice pré thérapeutique

OVAIRES ET VOIES BILIAIRES

  • CHIMOVIP : Etude randomisée évaluant deux stratégies thérapeutiques en première ligne: stratégie avec chimiothérapie intrapéritonéale et stratégie exclusivement intraveineuse, chez des patients atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire
    Carcinome épithélial invasif de l’ovaire, trompe(s) utérine(s) ou primitif péritonéal stade III ou IV (FIGO) histologiquement prouvé (avec cytologie pleurale chez les patientes ayant un épanchement pleural).
    Intervention initiale : chirurgie de cytoréduction ou à visée diagnostique dans les 3 semaines avant la randomisation.
  • Prodige 38 – FFCD 1407 – AMBICA
    Étude de phase ii/iii randomisée, évaluant la tolérance et l’efficacité du folfirinox modifie versus le gemcis dans les tumeurs des voies biliaires localement évoluées, non resecables et/ou métastatiques

    Tumeur des voies biliaires intra-hépatiques, extra-hépatiques (et / ou hile), ou de la vésicule biliaire
    Métastases viscérales mesurables (au moins une lésion > 10 mm) et / ou tumeur primitive non résécable mesurable
    Maladie prouvée par histopathologie ou cytologie (sur métastase ou tumeur primitive)
    En l’absence de métastase viscérale, la non-résécabilité devra être confirmée par un chirurgien hépato-biliaire en réunion multidisciplinaire (RCP)

TUMEURS ENDOCRINES

  • SUNLAND: Étude randomisée de phase II en double aveugle, du sunitinib versus placebo associe au lanreotide chez des patients avec tumeur endocrine progressive avancée/ métastatique de l’intestin moyen
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01731925?term=sunland&rank=1
    Tumeur endocrine bien différenciée de l’intestin moyen de grade 1-2
    Histologiquement prouvée à partir de la tumeur primitive ou ganglions
    Lymphatiques/métastases hépatiques. Métastases endocrines hépatiques histologiquement documentées avec origine inconnue sont éligibles si antécédent de syndrome carcinoïde avec taux élevés de Chromogranine A sérique et de 5HIAA dans les urines,
    Maladie localisée, localement avance ou métastatique en progression,
    Au moins une lésion cible mesurable selon les critères RECIST 1.1, Maladie non résécable. Taux de Chromogranine A et de 5HIAA ≥ 1,5 x LNS,

TUMEURS DESMOIDES

  • DESMOPAZ : efficacité et tolérance du pazopanib dans les tumeurs desmoides essai de phase II randomise
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT01876082?term=DESMOPAZ&rank=1
    Tumeur desmoide confirmée histologiquement
    Progression de la maladie diagnostiquée avant l’inclusion du patient dans l’étude grâce à la réalisation de deux imageries de même nature et obtenues a moins de 6 mois d’intervalle
    Lésion cible mesurable selon les critères RECIST 1,1
    Fraction d’éjection ventriculaire gauche (MUGA ou ECHO) dans les limites de la normale